Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 juillet 2010

On a retrouvé la soeur de Mozart.

    J'ai appris tardivement la sortie dans les salles du nouveau film réalisé par Monsieur René Féret: Nannerl, la soeur de Mozart. Cette oeuvre est sortie le 6 Juin 2010. Mais j'ai pu l'apprécier qu'à la fin du Mois de juin. Je regrette beaucoup de n'avoir pas pu voir ce film plus tôt: il est très intéressant. Il nous permet de découvrir une personnalité tombée dans l'oubli de son vivant: Anna Maria Mozart, la soeur ainée d'Amadeus.

   C'est une histoire triste que Monsieur René Féret, nous a révélé avec tact et délicatesse. Un beau film en costumes, une oeuvre mélancolique dominée par la prestation impeccable des filles du réalisateur: Marie Féret dans le rôle d'Anna Maria Mozart, son diminutif était "Nannerl" (en autrichien: Annette) et Lisa Féret dans celui de Madame Louise, fille du Roi Louis  XV. Cette princesse qui devait vivre toute sa vie au fond de couvents (d'abord Fontevraud et ensuite le Carmel de Saint-Denis) sans avoir vécu autre chose que la vie monacale de son plus jeune âge jusqu'à son décés !

   Mais que voit-on ? Un père talentueux, Léopold Mozart, auteur et compositeur d'oeuvres musicales honorables sans être exceptionnelles, qui pour récolter des lauriers, valorise le talent de ces deux enfants: ils les forcent à participer avec lui et leur mère à des tournées interminables dans toutes les capitales de l'Europe quelque soit le climat. C'est l'origine d'un destin brisé, celui de sa fille Nannerl. On découvre une famille heureuse où règnent l'amour et la complicité. Une bonne entente parfois gâchée par les idées reçues de Léopold Mozart. Par exemple, il interdit à sa fille de jouer du violon, sous prétexte qu'elle est une fille et qu'elle est adolescente (!?).  Léoplod Mozart donne une édication musicale soignée à ces enfants: Nannerl est une très bonne musicienne, elle sait jouer brillament du clavecin et de sa variante, l'épinette, mais aussi en cachette de son père du violon. Elle a en plus une très jolie voix de Mezzo-Soprano. Elle compose des pièçes de musique que son père méprise et il ne se cache pas pour lui dire !!!!

   Le malheur de Nannerl, outre d'être une fille et d'avoir un père ayant des lubies, est d'avoir un frère cadet: Wolfgang, surnommé famièrement "Wolfie" par son entourage. C'est l'archétype de l'enfant précoce, un véritable génie que son père présente comme une bête de foire. Alors que Nannerl est une excellente musicienne sans avoir été un enfant précoce. Il est plus que probable que si Wolfie n'était pas né, Nannerl aurait eu un autre destin. Elle servit de faire-valoir à son frère avant de retomber dans l'anonymat. Un anonymat que Monsieur René Féret vient de la retirer.

   Afin de donner un peu de gaieté et de sensationnel au destin brisé de Nannerl, Monsieur Féret a imaginé une histoire d'amitié touchante entre deux jeunes filles: Nannerl et Madame Louise. Celle-ci est présentée sous les traits d'une enfant très mature. Elle éprouve un sentiment amoureux pour un jeune garçon séduisant. Nannerl, avec sa famille, doit aller à Versailles; Madame Louise la charge de transmettre un billet au jeune homme. Arrivée à Versailles, Nannerl parvient à remettre le billet de la princesse au jeune homme en faisant la connaissance de Monseigneur le Dauphin, endeuillé par le décès de sa première femme. Ce dauphin est le père injustement méconnu des Rois Louis XVI, Louis XVIII et Charles X.  le Dauphin va posser Nannerl à composer, il va faire connaitre ces oeuvres. Une romance platonique nait doucement entre Nannerl et le prince héritier: c'est de la pure fiction même si c'est charmant. Et il s'avère que le jeune amoureux de Madame Louise n'est autre que son demi-frère, celui-ci étant présenté comme un enfant adultérin du Roi Louis XV. En fait, ce dernier n'a jamais reconnu aucuns bâtards à l'inverse de ces aieux Henri IV et Louis XIV.

    On note toutefois dans ce beau film mélancolique sans être larmoyant, des vérités historiques: le destin brisé de Nannerl, le fait que le Cardinal de Fleury contraignit le Roi Louis XV a envoyé  ces derniers enfants en pension à Fontevraud. Un de ces enfants royaux devait mourir à Fontevraud sans avoir revu ces parents ! Oui, Madame Louise a toujours vécu au fond d'un monastère.  Oui, le Dauphin et sa seconde épouse Marie-Josèphe de Saxe aimaient les jeux macabres et morbides. On prend du plaisir à regarder Nannerl et Wolfie en train d'interprêter brillament des joyaux de la musique du XVIIIème siècle. On apprécie le talent lui aussi précoce de la plupart des comédiens enfants ou adolescents: Marie et Lisa Féret mais aussi David Moreau dans le rôle de Wolfgang Amadeus Mozart enfant ou encore Clovis Fouin, magnifique de sensibilité et de délicatesse, dans le rôle du Dauphin meurti. Je reconnais avoir été impressionner par la justesse de leur jeu respectif. Mais je n'oublie pas de signaler la qualité du jeu des comédiens "adultes" dans les rôles des parents Mozart: Marc Barbé, charismatique dans celui de Léopold et Delphine Chuillot dans celui de Madame Mozart, mère affectueuse et tendre qui est parvenue a créer la bonne entente dans sa famille, la bonne fée.

  Si par chance cette belle oeuvre délicate est encore projetée près de chez vous, à votre plaçe, j'irai la voir. Voici son site officiel: http://www.nannerllasoeurdemozart.com/index.htm

> Si Nannerl a été la compagne de jeu de son frère Wolfie, une autre jeune femme délicate a elle sû parvenir à conquérir le coeur d'Amadeus, il s'agit d'Aloysia Weber (1759-1839). Elle devint sa muse avant de devenir sa belle-soeur ! Lorsque Mozart la rencontra, ele était déjà une soprane très appréciée à Vienne et à Salzbourg. Amadeus composa pour elle des chefs d'oeuvre, elle fut une de ces interprêtes préférées. Nous vous invitions à revivre la rencontre et ensuite les collaborations entre Aloysia et Amadeus en vous portant acquéreur du DVD d'un très beau concert à la gloire de ces deux vedettes: Aloysia en exil donné par la cantatrice américaine Rhonda Bachmann et le ténor Paul Huntley-Thomas, ces deux artistes talentueux interprêtent des extraits d'oeuvres de Mozart comme Cosi Fan Tutte et de compositeurs contemporains d'Aloysia et d'Amadeus: http://lareineartiste.com/page38.html et  http://lareineartiste.com/commande.html

 

16:34 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.