Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 01 mars 2011

Adieu Annie Girardot

C'est avec beaucoup de tristesse que nous venons d'apprendre le décès d'Annie Girardot. La grande actrice s'est éteint paisiblement à l'Hôpital Lariboisière à Paris des suites de la Maladie d'Alzheimer. Elle avait 79 ans. Nous présentons à sa fille Giulia  et à des petits-enfants Lola et Renato, nos plus vives et nos plus sincères condoléances. Nous apprécions beaucoup Madame Girardot, nous tenons à lui rendre hommage.

Nous gardons le souvenir d'une actrice très talentueuse et très populaire en raison de son caractère fait de force et de sincérité. Elle était à la fois dynamique et généreuse, forte et sensible. Elle était à l'opposé des vedettes inaccessibles et lointaines, elle était au contraire proche de Monsieur tout le monde. Pour ma mère, elle était une cousine, pour moi, elle était une tante.  Et c'est pourquoi, les Français la pleurent comme ils auraient pleuré la mort d'un membre de leur famille. Ils ont toujours été à ses côtés même quand le Cinéma l'a oublié. Quand ces pairs lui ont fait subir une longue, douloureuse et injuste traversée du désert.  Et pourtant le Cinéma lui doit énormément.

Annie Girardot aura tourné dans plus de deux cent films et téléfilms. Beaucoup de femmes de sa génération ont rêvé de lui ressembler. Elle fut l'incarnation de la femme moderne, la femme "qui porte la culotte" tout en restant très féminine: elle portait la jupe tout en ayant les cheveux courts. La première actrice à avoir incarner un commissaire de police, un avocat, un médecin qui guérit d'un cancer (Docteur Françoise Gailland).... Son plus grand rôle restera celui de Gabrielle Russier.  Celle-ci a réellemnt existé, son histoire d'amour tragique a été porté à l'écran en 1971 sous le titre mourir d'aimer par André Cayatte. Gabrielle Russier était cette professeure agrégée de lettre qui  a eu une liaision amoureuse avec un de ses élèves. Cette liaision suscita un énorme scandale. Elle fut condamnée par la justice en Juillet 1969 pour détournement de mineur et à douze mois de prison avec sursuis et à 500 francs d'amende. Elle devait se suicider le 1er Septembre 1969. Annie Giradrot fut admirable dans le rôle de la malheureuse Gabrielle Russier.

Annie Giradrot avait joué avec les plus grands acteurs parmi lesquels Jean Gabin, Bernard Blier, Lino Ventura, Yves Montand, Alain Delon, Jean Yanne, Bernard Fresson ou encore Pierre Mondy. Mais elle a essentiellemnt tourné avec les grands cinéastes de l'Après-Guerre: André Hunnebelle, Jean Delannoy, Marcel Carné, Luchino Visconti, Michel Boisrond... Les cinéastes de la "Nouvelle-Vague" voulant rompre avec le "cinéma de Papa" ne l'ont pas sollicité....Le drame d'Annie Girardot, avant d'être atteint de sa maladie, c'est l'amour. Celle qui était devenue l'archétype de la femme battante, allait vivre deux histoires d'amour. Ces deux histoires devaient la briser:

Sur le tournage de Rocco et ses frères de Visconti en 1960, elle s'est épris d'un bellâtre italien, Renato Salvadori. Il sera le père de leur fille Giulia. Mais il était volage et il l'a manipulé.  Il devait même lui faire subir des violences. Le couple se brisa. Renato Salvadori essaya de la reconquérir alors qu'elle se consolait dans les bras de Bernard Fresson. Ensuite elle fut follement épris d'un certain de Bob Decout, un parolier. Elle cru en lui et ils montèrent des spectacles avec Catherne Lara. Mais les producteurs n'ont pas cru en ces spectacles: Annie Girardot fut ruinée. C'est à ce moment là que le Cinéma l'oublia....

Elle devait rebondir grâce à la télévision, elle fut entre autres la vedette de trois sagas: Florence où la vie de château de Serge Korber en 1986, le Vent des moissons de Jean Sagols en 1988 et Orage d'été du même Jean Sagols en 1989. Et enfin en 1993, elle rebondit au cinéma. Personne n'a oublié ces sanglots lorsqu'elle reçut le césar de la meilleure actrice pour un second rôle pour sa prestation dans Les Misérables de Claude Lelouch. Et la maladie devait petit à petit la ronger.... Ce fut son dernier combat.

Un site pour nous souvenir de cette grande dame: http://anniegirardot.ifrance.com/

 

Les commentaires sont fermés.