Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 janvier 2013

Un chef d'oeuvre retrouvé

  Nous vous présentons une réflexion sur un dramaturge britannique méconnu en France. Une de ces oeuvres est actuellement jouée à Dourdan dans le département de l'Essone.       

  Lorsqu'on parle de pièces comiques dans le répertoire du Théâtre Classique avant le XIXème siècle (Feydeau, Courteline, Wilde), deux noms viennent rapidement sur les lèvres: Molière et Goldoni. Sans enlever aux mérites de ces deux auteurs célèbres et encore appréciés de nos jours, il faut révéler l'existence d'auteurs comiques avant ces deux références. Parmi ces précurseurs, nous trouvons un auteur élisabethain: John Marston (1575-1634). Ce sujet de la Reine Vierge tomba longtemps dans l'oubli. Car ces oeuvres, si elles sont drôles et farfelues, elles étaient aussi plus ou moins érotiques. Leur contenu parfois scabreux ne pouvaient que choquer les bonnes moeurs de bonnes âmes plus ou moins pudibondes et pas uniquement chez nos voisins britanniques. Les oeuvres de Marston n'est pas au programme et elles ne le seront probablement  jamais dans des écoles de jeunes filles, élevées pour devenir de saintes dames patronesses. 

  Mais Marston mérite-t-il d'avoir été jeté dans les oubliettes de la postérité ? Ces contemporains britanniques, Marlowe et surtout Shakespeare restent encore très connus. Et pourtant, eux aussi ont publié des oeuvres érotiques. Certains spécialistes de Marston estime même que ces oeuvres ne méritaient pas finallement l'anathème.  Il ne fut pas le seul auteur de son époque en Grande-Bretagne à écrire à des poésies cochonnes, ce qui d'ailleurs ne l'excuse pas. Les oeuvres Vénus et Adonis de Shakeaspeare et Hero et Leandre de Marlowe sont bien plus grivoises que celles écrites par Marston. Mais malgré celà, le nom de Marston semble parfois encore le souffre chez les derniers puritains. Et pourtant, John Marston a connu une évolution: il a cessé d'écrire dès le début des années 1600. Les raisons de cette décision restent ignorées. Il devait entré dans les ordres: diacre et pasteur en 1609. L'auteur de pièces humouristiques est devenu un prédicateur. 

  Vous allez pouvoir faire votre propre opinion: actuellement et jusqu'au 27 Janvier 2013, la Compagnie Rien que du Beau Monde joue une pièce de John Marston, les Vertueux, au Centre Culturel René Cassin à Dourdan (91)*. L'histoire est la suivante: Olympe vivait heureuse avec son amant. Elle continuerait à âtre dans la félicité si son chéri n'avait pas pris la décision de la quitter pour une autre. Et Olympe est une courtisane de haut vol et elle n'apprécie absolument pas que son cher et tendre l'ai définitivement abandonné en lui préférant non pas une de ces collègues courtisanes, mais une jeune fille pieuse et vertueuse ! Olympe est folle de rage, elle décide de se venger: elle, l'incarnation du Vice, a l'audace de se battre pour récupérer son chéri au nom de... la fidélité ! Elle apprend que son cher amant va épouser la jeune fille "bien sur tous les rapports" pour acquérir une respectabilité sociale. Pour elle, c'est l'humiliation ! Elle va donc s'amuser à faire des misères à son chéri pour qu'il lui revienne et c'est parti pour une multiplication de situation enlevée et cocasses... Une pièce préfigurant les vaudevilles du XIXè siècle et surtout le fil à la patte de Feydeau... Feydeau a-t-il plagié Marston ? Dans les deux oeuvres, un homme quitte sa maîtresse pas assez distinguée à ces yeux pour une demoiselle "de qualité". Une pièce réjouissante, mais vous estimerez si elle est ou non amorale voire érotique. C'est un petit chef d'oeuvre de drôlerie avec un mélange réussi de comedia del Arte et d'humour anglais, pas forcément compréhensible (!). 

* Centre Culturel René Cassin, rue des vergés Saint-Jacques, 91410 Dourdan, http://www.dourdan-tourisme.fr/Fiche/Detail/505/Bouger~Sp... 

> Des précisions sur la troupe des comédiens: http://www.facebook.com/pages/Compagnie-Rien-Que-Du-Beau-... ; http://thaiscousigne-comedienne-auteur.e-monsite.com/page...

> Nous avons trouvé peu de données sur John Marston: http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-marston/  A titre de complément, nous vous proposons des données sur le Théâtre Elisabéthain: http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_%C3%A9lisa... ; http://www.larousse.fr/encyclopedie/ehm/th%C3%A9%C3%A2tre... ; http://elisabeth.kennel.perso.neuf.fr/le_theatre_au_temps... 

> Des livres importants:

Collectif, anthologie: Coffret Théâtre Elisabethain (Gallimard, coll."Pléiade bibliothèque", Paris, 2 vol. 2009),http://livre.fnac.com/a2710741/Collectif-Coffret-Theatre-... Le texte des plus célèbres pièces de théâtre écrites et interprétées sous le règne d'Elisabeth 1ère. 

BRYSON (Bill): Shakespeare, antibiographie (Petite Bibliothèque Payot, Paris, 2012), http://www.amazon.fr/Shakespeare-Antibiographie-Bill-Brys... ; http://asautsetagambades.hautetfort.com/archive/2010/12/1... 

DARRAGI (Rafik): La société de violence dans le Théâtre Elisabéthain (L'Harmattan, Paris, 2012),  http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogu...

  

 

Écrire un commentaire