Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 janvier 2013

Hommage à Rudolf Noureev

Nous continuons à commémorer le vingtième anniversaire du décès prématuré à l'âge de 54 ans de cet immense danseur et chorégraphe que fut le regretté Rudolf Noureev. Après avoir publié une série d'annonces - le langage des Cygnes -  sur la diffusion de ballets classiques à la télévision pendant les fêtes, nous lui avions dédié cette série ainsi qu'au Marquis de Cuevas, nous poursuivons notre hommage à Rudolf Noureev dans le contenu de ce journal par l'article ci-dessous. 

   Nous gardons le souvenir d'un archange au visage tourmenté et au regard percant comme celui d'un aigle. Il avait su lier l'élégance, la délicatesse, le raffinement  avec la force, la perfection, la performance: une virilité angélique. Une addition de caractères a-priori contradictoires dûe à son orientation sexuelle assumée et revendiquée: il était un inverti et fier de l'être. Troublant et fascinant: http://www.youtube.com/watch?v=axauAN_fk54

   Il n'était pas slave. Sa famille d'extraction paysanne était bachkir et tartare. Il est né le 17 Mars 1938 dans un train près Irkoutsk sur une ligne allant jusqu'à Vladivostok. Il avait trois soeurs aînées, dont l'une appelée Lilia était sourde et muette. Mais la Seconde Guerre Mondiale éclata et elle va le priver de son père pendant cinq longues années. Années pendant lesquelles il manquera de référent paternel. Parti au front en 1941 en raison de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne nazie, son père Hamet ne reviendra qu'en 1946.  Sa mère, ses soeurs et lui ont dû être évacuées de Moscou vers Oufa, la capitale de la Bachkirie, la ville natale de son père. La très méconnue ville d'Oufa possède un très bon théâtre. Il va être le lieu du début de la vocation de Rudolf Noureev: son amour de la danse. C'est dans ce haut-lieu artistique, le soir du Nouvel An 1945 que le petit Rudolf, alors âgé de six ans, va avoir un choc. Il est émerveillé par un ballet patriotique intitulé Le Chant des Cigognes avec la danseuse Zaituna Nazretdinova. Ce soir-là, il décida de devenir danseur étoile. Sa mère ne semble pas avoir contrarier sa vocation précoce. Il rejoignit plusieurs groupes avec lesquels il immortalisa des danses folkloriques. Son agilté et sa grâce naissantes le firent remarquer:  il fut présenté à deux autres danseuses étoiles alors renommées, Anna Oudeltsova et Elena Vaitovitch. Elles lui firent comprendre qu'il avait un réel potentiel, mais il devait acquérir absolument les bases de la danse classique. Elles lui conseillèrent d'entrer comme élève à l'Ecole de danse de Léningrad. Elles considéraient cet établissement comme le meilleur. 

> Une vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=aTTaPGewFWM

    Rudolf Noureev devait appliquer ce conseil judicieux. En 1953, il a alors 15 ans et il intègra rapidement le corps de ballet du Théâtre d'Oufa. Il accompagna cette compagnie lors de sa tournée de dix jours à Moscou. Il se blessa au cours d'une représentation. Mais, remis de ces blessures, il ne rentra pas à Oufa avec le reste de la troupe. Il passa une audition avec succès au Bolchoi. Il refusa d'intégrer le corps de ballet prestigieux de ce théâtre tout aussi réputé. Il préféra suivre le conseil des deux danses étoiles d'Oufa: il voulut intégrer l'Ecole de danse de Léningrad. Il y entra à l'âge de dix-sept ans.  Tel un oiseau ne désirant pas entrer dans une cage: c'est à ce moment-là qu'il montra sa soif de liberté et son refus des ordres et des convenances. Devenu danseur étoile du Kirov (l'actuel Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg), il eut franchement du mal à se plier à la discipline de fer imposée par la direction. Il devait carrément refuser de chanter les louanges du Camarade Staline et de prendre la carte du PCUS, ce qui était pourtant obligatoire ! Il parvint donc à le faire surveiller de très près comme étant un élément perturbateur. Il fit un premier coup d'éclat, il prit la nationalité autrichienne. L'Autriche, un pays du bloc de l'Ouest. Prendre la nationalité de ce pays en pleine guerre froide, ce n'est pas de l'audace, c'est de la témérité !  Il fut de plus en surveiller de très près. Mais le pouvoir soviétique accepta de le laisser participer à une tournée en France avec le Kirov. A Paris, entre deux représentations, il mena une vie de noceur en toute liberté à la grande colère de Moscou. Un jour, sur le tarmac de l'aéroport du Bourget, des responsables soviétiques exigèrent son retour immédiat à Moscou où il devait un sort... En quelques secondes, Rudolf Noureev comprit qu'il allait payer très cher son indiscipline et sa soif de Liberté. L'oiseau ne voulut surtout pas entré dans la cage moscovite: Noureev s'enfuya et les gardes du KGB coururent à sa poursuite. Mais il parvint à demander l'asile politique à la France et les gendarmes français empêchèrent les gardes rouges de le récupérer. 

> Une autre vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=B2E4FEaI_YI

    S'il a obtenu l'asile politique en France, s'il peut enfin assouvir sa soif de liberté, les dirigeants de l'URSS lui firent payer cette soif: il ne put pas voir sa famille restée l'autre côté du Rideau de Fer pendant 23 ans ! Ce second coup d'éclat devait le poursuivre des années après sa mort jetant dans l'ombre une carrière très estimable de danseur étoile au Royal Opera House du Covent Garden de Londres et à l'Opéra de Paris, d'enseignant, de directeur de l'Opéra de Paris.  Sa fidélité aux enseignements classiques et traditionnels et à l'héritage des Ballets Russes légués par Diaghilev et Petitpas comme ces coups de colère phénoménaux firent grincer quelques dents soixante-huitardes. Pourtant, il reste très difficile de remettre en cause l'immense talent de danseur de Noureev. Il se révéla aussi un excellent chorégraphe. Ces chorégraphies demeurent indépassables. Nous pouvons citer la Bayadère, Cendrillon, Don Quichotte, Roméo et Juliette, Raymonda...  avec des décors et des costumes magnifiques. Il fit aussi une brève carrière de comédien. Il refusa d'admettre sa séropositivité jusqu'aux soirs de sa vie. Enfant, il avait été ébloui par un ballet et c'est lui qui nous a ébloui lorsque nous étions enfant avec ces ballets: http://www.youtube.com/watch?v=BnFg1j0X8hc ; http://www.youtube.com/watch?v=F-g4OfzA66Q 

    Il reste à poser une question, dont je ne possède pas la réponse: Est-ce que Rudolf  Noureev a-t-il eu des liens étroits avec les dissidents du Bloc de l'Est (Havel, Sakharov, Soljenitsyne, Walesa...) ? 

> Le site officiel consacré à Rudolf Noureev:  http://www.noureev.org/   

> Autres données sur cet immense artiste: http://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Noureev ; http://www.imdb.fr/name/nm0638159/

 

 

 

Les commentaires sont fermés.